Vivre aux Senioriales jeune Senior puis moins jeune, devenir jeune nonagénaire, et enfin recevoir l’adieu des Amis.

Choisir de venir vivre aux Senioriales c’est opter pour le « vivre ensemble » puis le « vivre à côté » et il peut arriver le temps du « dernier adieu ». Ce n’est pas triste du tout, au contraire. C’est une chance de s’en aller accompagné par ses amis, ceux qui vous ont aidé, aimé, soutenu…, qui ont partagé vos joies ou vos difficultés, ceux qui savent réellement qui s’en va, ceux qui sont à même de vous dire un adieu sincère et affectueux.

L’expérience d’une dizaine d’années vécues déjà dans ma résidence me permet de témoigner en connaissance de cause. Vivre dans une grande Résidence Village c’est comme vivre dans un quartier d’un village ou d’une ville. La proximité des villas crée un lien local car, par exemple en ce qui me concerne, vivant à l’extrémité de celle-ci, aucun véhicule, aucun piéton ne passe devant ma porte. Aussi j’ignore totalement comment vivent les autres « quartiers ». Je rencontre ces résidents au Club House, ou aux boîtes aux lettres, ou aux activités dans le village, mais le lien affectif n’est pas autant établi qu’avec les personnes proches géographiquement.

Des décès, car il faut bien se dire qu’ils peuvent survenir, nous ont déjà fait souffrir. Notre devoir est d’être présent aux obsèques et même d’apporter un témoignage d’adieu. C’est la preuve que les Senioriales nous sont utiles jusqu’au bout et que l’on fait le bon choix en venant y vivre. Dernièrement, une résidente devenue dépendante, et qui séjournait dans un EHPAD, est décédée. Seulement cinq personnes étaient présentes à ses obsèques : toutes les cinq appartenaient à son ancienne résidence Senioriales. L’adieu s’est trouvé très personnalisé – en l’absence de sa propre famille résidant de l’autre côté de l’Atlantique – car ces cinq personnes l’avaient bien connue et aimée.  R.G.

Ces deux charmantes anciennes résidentes s’étaient rapprochées, le temps de fêter un anniversaire, entourées de nombreux voisins ! Et ces deux personnes, qui se prénommaient toutes deux « Yvette » s’en sont allées la même semaine, définitivement… C’était la semaine où curieusement se fête la sainte « Yvette » !!!

       

Publicités

BERCEAU de Saint Vincent de Paul, Basilique de BUGLOSE, et Abbaye de MAYLIS, près de DAX dans les Landes.

Pendant que nous attendions la construction de notre résidence des Landes, nous séjournions en Vendée. Lors d’une promenade sur une voie verte, telle celle que nous allons trouver à Hinx bientôt, un promeneur avec lequel s’était engagé la conversation nous annonce qu’un sanctuaire marial que l’on nomme Buglose existe près de Dax. C’est ainsi que dès notre arrivée aux Senioriales de Hinx, en juillet 2008, nous sommes allés vérifier l’information. L’itinéraire nous a amenés à passer devant le panneau « Berceau de Saint Vincent de Paul ». Notre curiosité éveillée, nous découvrons alors, environ cinq kilomètres avant le sanctuaire de Buglose, le lieu natal de Saint Vincent de Paul. Nous sommes surpris de la sérénité qui se dégage du lieu. Sœur Thérèse s’approche et nous propose de nous faire visiter. Nous l’arrêtons, nous avons tout notre temps, nous reviendrons bientôt… Mais nous ne savions pas encore à quel point nous y serions engagés !

050

Et c’est très vite, début août, que l’occasion nous est donnée de nous y rendre afin de nous entretenir avec le directeur, prêtre lazariste, auquel j’ai une demande à exprimer. Celui-ci, curieux, s’enquiert de notre parcours et, sachant que j’étais secrétaire et que je m’installe dans la région pour y vivre ma retraite, exprime son besoin d’une aide pour trier son courrier et ses dossiers car il voyage beaucoup et a peu de temps pour cette tâche.

C’est ainsi que va débuter mon approche de ce lieu. Sœur Thérèse, âgée, va bientôt rejoindre une communauté éloignée du Berceau pour s’y reposer, et le directeur va mettre sur pied une équipe de laïcs pour organiser l’accueil des visiteurs. Mon mari va, à son tour, participer aux activités de ce lieu : http://oeuvre-berceau-st-vincent.cef.fr/ et quelques années plus tard le directeur, nommé Recteur de la Basilique de Buglose, a créé une petite équipe autour de lui où mon mari va trouver encore à s’impliquer, notamment en assurant des visites du lieu expliquées aux touristes.

Je vais donc être souvent présente au Berceau et partager parfois le repas des prêtres lazaristes. J’ai l’occasion de rencontrer deux jeunes prêtres colombiens. Cela me touche puisque nos deux premiers enfants sont des enfants colombiens. Lorsque le premier prêtre lazariste, Nestor, partira pour l’Afrique, au Rwanda, je lui donnerai des documents qui lui permettront de mieux connaître ce pays puisque nous y avons séjourné trois années pour des raisons professionnelles. Il sera remplacé au Berceau par Mauricio que j’aiderai au départ lors de l’ouverture du nouvel accueil dans le bâtiment récemment construit appelé « Accueil Jean Morin».

Fin 2010, il m’est demandé de « dépanner » sous une nouvelle forme le Berceau : une caisse m’est remise dans les bras contenant les archives et tout ce qui est nécessaire pour continuer la confection et la diffusion du bulletin d’information trimestriel de quatre pages « Les Amis de Ranquines » ! Là je ne suis pas sûre de m’en sortir. Un logiciel «Publisher » et une petite aide de Sœur Bernadette plus tard, et je débutais cette nouvelle activité. J’ignorais que mes allées et venues allaient réellement devenir assidues : j’allais dès février 2011 faire venir ma maman de Reims à la maison de retraite du Berceau, et en avril 2012, c’est ma voisine des Senioriales, âgée, que j’aidais à s’y installer également. (cliquez sur Ctrl + Adr n°105 ci-après…! et vous trouverez exceptionnellement le dernier exemplaire du Bulletin des Amis de Ranquines)   AdR n° 105

Dans la même période nous avons à déplorer le décès d’un voisin et ami des Senioriales, et je me retrouve impliquée dans la préparation des obsèques, ce qui donnera des idées à l’équipe du Relais Paroissial de Hinx de m’entraîner dans son équipe. Et depuis les baptêmes, mariages et malheureusement obsèques n’ont plus de secret pour moi. Je me retrouve même à aider dans la préparation des messes lorsqu’elles ont lieu dans mon village. Hinx est l’un des seize Relais Paroissiaux de la Paroisse Sainte Thérèse, de Montfort en Chalosse. Les laïcs sont sollicités pour aider le prêtre qui est seul et assure chaque week-end une messe dans trois villages.

Je vous ai expliqué tout ceci parce que, hier, dans ma boîte « mails », je recevais un message avec un drôle d’intitulé « le dernier irrégulomadaire de l’abbaye de Maylis ». Je suppose que la seule fois où je me suis rendue dans cette Abbaye – pourtant assez proche de Hinx – j’ai dû indiquer mon adresse « mail » à la boutique où je suis sûrement allée faire un achat. Aussi je m’empresse de partager leurs coordonnées : Abbaye Notre Dame de Maylis  40250  MAYLIS  05 58 97 72 81 www.abbayedemaylis.org. Et leur message était : « Il vous suffit de cliquer ici pour le télécharger. Que la lumière de Noël illumine toute votre année 2018 ! » Et c’est ainsi que j’ai découvert un document expliquant la « plante spécial Maylis », et surtout des paragraphes concernant le Berceau, Buglose, le Camp Vélo (notre prêtre en étant l’animateur) etc… !

Abbaye Notre Dame de Maylis     40250   MAYLIS    05 58 97 72 81      www.abbayedemaylis.org

Alors je partage leur message : le 28 décembre, de tels vœux pour 2018 ne peuvent que soutenir notre jeune Association qu’est l’ADAS

( https://www.amisdessenioriales.com/ ) !  

        Régine GRIGNON

PS : notre implication depuis bientôt dix années dans les actions décrites plus haut a permis de connaître toute notre région et surtout énormément de monde. Dans mon village, cela a donné l’idée au Maire de m’intégrer dans l’équipe du CCAS (Centre Communal d’Action Sociale). Je peux faire le lien, ainsi, avec ma résidence. 

 

 

 

Jean-Marc en direct des Etats-Unis (Houston -Texas) sur RMC ce jeudi 27 juillet 2017!

Merci Jean-Marc de ton témoignage depuis les Etats-Unis ! Mais qui es-tu Jean-Marc pour nous, aux Senioriales de Hinx ? Ce que ne dit pas le reportage que je viens d’entendre sur RMC à l’instant c’est que tu as installé toi-même ta maman, Gisèle pour ne pas la nommer, dans l’appartement que tu as acheté aux Senioriales de Hinx, en 2008, sachant qu’elle serait en sécurité, entourée de voisins aimants et attentionnés, et que tu pourrais venir la voir, ou bien qu’elle pourrait vous recevoir toi et tes enfants – restés chez leur maman vivant en Dordogne afin de poursuivre leurs études – chaque fois que tu viendras en France.

Nous te connaissons et nous veillons sur ta maman. C’est cela aussi les Senioriales. Tu n’as pas dit qu’elle vivait à Hinx mais à Dax, ce que je comprends car qui connait Hinx en France ? Tu as dit qu’elle vivait à Dax, ce qui n’est pas faux puisque c’est la ville qui nous apporte tout ce que nous ne pouvons pas trouver dans notre village – Hôpital, Cliniques, Centres de cure, grands centres commerciaux, etc.. et qu’elle n’est située qu’à 12 kilomètres de Hinx !

Et pour moi c’est encore l’occasion de dire combien nous sommes heureux de vivre ici au sein d’une Résidence si bien située au centre du village, un village très vivant et doté d’installations commerciales et médicales nous permettant de profiter de tout à pieds. Merci à l’équipe municipale qui oeuvre si bien.

Bonne continuation Jean-Marc et à bientôt ! Bises de Régine et Bruno.

PS : le 11 juin dernier nous étions une dizaine autour de ta maman pour fêter son anniversaire…et tu l’as appelée au téléphone pendant ce moment d’amitié !

 

Vivre dans une carte postale… !

En 2005, constatant que notre fille partait pour une année aux Etats-Unis après son stage de trois mois à l’Ile de la Réunion, nous avons décidé de vendre notre maison (près d’Angers) et de partir…vers la Sicile. Où irions-nous vivre à notre retour ? Nous pensions attendre de connaître le lieu où notre fille irait s’installer avant de nous décider. Or, en 2006, un mois avant son retour, nous découvrons la possibilité d’acheter dans une résidence des Senioriales, dans le sud-ouest, à Hinx dans les Landes, …et nous signons immédiatement ! Lire la suite

L’avis d’une fille de résidents

Aujourd’hui c’est en tant que fille de résidents des Senioriales que je viens apporter mon témoignage. Au départ lorsque mes parents m’ont parlé de leur projet d’aller dans une « résidence pour Seniors » j’étais dubitative. Je voyais ça comme une maison de retraite améliorée et là où certains y envoient les grands-parents avec joie pour être tranquilles, je voyais mal mes parents là-dedans. Mais je n’avais pas vraiment pris la pleine mesure du concept. J’étais à l’étranger, j’étais jeune, je ne comprenais pas tout. Lire la suite