Atelier Pâtisserie

Dès la rentrée suivant notre installation en 2008, les activités ont commencé. Notre dynamique animatrice, Babeth (prononcer Babé – oui, la précision n’est pas superflue pour les nombreux « immigrés » que nous sommes en pays landais -) a favorisé une activité qui a ravi les nouveaux hinxois « seniorialais » : bénéficier du savoir-faire d’un résident, Jeannot, ancien boulanger-pâtissier. Et comment, mieux que par des photos vous faire partager ce temps de grand bonheur ?

123

6

L’article suivant, œuvre d’un élève de cet atelier, a remporté un prix au concours organisé par la Direction des Senioriales de Toulouse permettant l’achat du « Babyfoot » qui trône maintenant dans notre Club House.

L’ATELIER PÂTISSERIE

Que celui qui n’a jamais salivé devant une pâtisserie (si, si ! Il paraît qu’il en existe sur terre !) passe son chemin sans lire cet article, cela ne le concerne en rien !

Voilà, les importuns sont partis ! Il ne reste que ceux qui ont les narines qui frémissent lorsqu’elles rencontrent un souffle sucré dans leur espace vital, ceux dont les battements du cœur s’accélèrent lorsque vient enfin le moment du dessert au cours d’un long repas – trop salé – et qui quittent des yeux les jolies femmes pour enfin admirer une œuvre parfaite d’un Dieu sucré, notre Maître à nous, les gourmands, j’ai nommé : le Chef Pâtissier !

Et comble de bonheur, aux Senioriales des Landes, nous avons la chance de posséder cette perle rare et de plus très accessible aux quémandeurs que nous sommes. Il accepte d’ouvrir sa mémoire et de nous faire partager son savoir ! J’ai nommé Jean, dit Jeannot !

Et depuis, le framboisier, les génoises, les mousses fruitées, les forêts noires et ses sombres copeaux de chocolat n’ont plus de secrets pour nous. Les croissants aux amandes sont fabriqués dans les cuisines des « pseudo mitrons » tard dans la nuit, les volets clos. Mais si vous promenez votre chien, l’odeur du sucré – toujours cet arôme suave qui nous trahit – prouve que, si pendant les cours certains semblent distraits, il n’en est rien et qu’au fond d’eux-mêmes, ils s’imaginent déjà derrière le fourneau, fouettant cette pâte qui bientôt viendra faire basculer le taux de cholestérol ou de diabète au grand dam du toubib familial.

Mais quand on aime !!!
Bruno

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s